X
EQUAL SALARY

Égalité des chances : perspectives de la Fondation EQUAL-SALARY

4 Sep 2023
Jie Yu Kerguignas, Assistant Professor à EHL Hospitality Business School

Cet article a été publié à l’origine sur le site web EHL Insight.

 

L’année 2022 a été marquée par une avancée historique : la banquière Stacey Macken, ayant passé quatre années illustres chez BNP Paribas, dans le centre financier de Londres, remporte une victoire étonnante de £2 millions de livres contre la célèbre banque française. Cette affaire historique met en lumière une discrimination salariale profondément ancrée entre les hommes et les femmes, et lance un appel retentissant à la responsabilité des géants de l’entreprise.

 

Il est temps que ces mastodontes de l’entreprise comprennent l’indéniable vérité : l’ère de l’inégalité salariale et des primes injustement gonflées pour les hommes est une relique. La discrimination incessante doit cesser.

Exclusive conversation avec le Financial Times,

Stacey Macken.

 

Parallèlement, en écho à la mélodie discordante du secteur financier, la composition des postes de direction dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration résonne également d’une disparité déconcertante entre les hommes et les femmes. Selon le rapport Women in Hospitality, Travel and Leisure 2020 Report, seuls 25 % des postes de direction du secteur sont occupés par des femmes. Cette statistique souligne le besoin urgent de changement et l’importance des initiatives en faveur de l’égalité des sexes dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. L’égalité salariale joue un rôle crucial dans la résolution de ce problème urgent. Non seulement elle favorise l’équité et l’égalité, mais elle contribue également à une meilleure gestion de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Afin de mettre en lumière l’importance de cette cause et d’explorer les façons dont les individus peuvent y contribuer, j’ai eu l’occasion d’interviewer Lisa Rubli, alumna de l’EHL et co-directrice d’EQUAL-SALARY, une fondation à but non lucratif basée à Vevey qui défend l’égalité des chances sur le lieu de travail, ainsi que son collègue Aurélien Joly.

 

Qu’est-ce que la Fondation EQUAL-SALARY?

Lisa Rubli: EQUAL-SALARY est une fondation à but non lucratif basée à Vevey, en Suisse. Nous défendons l’égalité salariale et l’égalité des chances sur le lieu de travail. Pour ce faire, nous avons créé, en collaboration avec l’Université de Genève, une certification extrêmement robuste, scientifique et exigeante, que nous pouvons comparer à une norme ISO spécifique aux salaires et aux opportunités dans le monde de l’entreprise. Nous travaillons avec des partenaires et des cabinets d’audit de renommée internationale, tels que SGS, PwC et Mazars. Aujourd’hui, nous avons plus de 130 entreprises certifiées dans le monde, tous secteurs confondus, et nous avons atteint environ un demi-million d’employés concernés par cette certification. Pour notre fondation, l’égalité salariale et l’égalité des chances dans le monde du travail constituent un droit humain fondamental. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour combler fossé de l’inégalité dans le monde grâce à un outil pratique, pragmatique et résolument fiable.

 

Pourquoi défendre l’égalité salariale ?

Lisa Rubli: L’égalité salariale et l’égalité des chances sont des droits fondamentaux, comme je l’ai expliqué précédemment. Mais nous n’y sommes pas encore. Si nous regardons les chiffres de l’Office fédéral de la statistique qu’ils ont publié, l’année dernière, sur la situation en 2020. En Suisse, nous avons toujours un écart salarial de 18%, et dans ces 18%, il y a 45,3% qui est une part inexpliquée. Cela veut dire que c’est une part qui ne peut pas être justifiée par un critère objectif comme la position hiérarchique, les diplômes, l’expérience. Cela signifie donc que nous avons un écart salarial de 8,6 %, uniquement lié au sexe. En termes monétaires, cela se traduit pour une femme en Suisse qui, pour le même travail, au même taux, gagne toujours 717 francs de moins qu’un homme, et ce uniquement parce qu’elle est une femme. Donc, pour nous, c’est quelque chose qui doit véritablement changer. Au niveau européen, nous sommes 26ᵉ du classement. Et puis, selon l’Organisation internationale du travail, au niveau mondial, cet écart salarial est d’environ 20 %. Malheureusement, le chemin est encore long et semé d’embûches, comme nous le savons, mais il est vraiment important de contribuer à cet effort et à cette égalité de traitement, qui est vraiment équitable pour toutes et tous.

 

Quels sont les avantages de l’égalité salariale ? Au niveau individuel, des entreprises et sociale

Aurélien Joly:  Au niveau individuel, l’égalité de rémunération, c’est un peu évident, mais elle confère aux femmes une indépendance financière qui est très importante et qui se traduira par un plus grand pouvoir de décision au sein de la famille. Cela permettra aussi de lutter contre la précarité des femmes en fin de carrière si elles sont payées plus justement. Au niveau de l’entreprise, c’est extrêmement important car il y a encore beaucoup d’idées reçues et de stéréotypes sur la place des femmes et leurs carrières. En effet, l’égalité salariale et l’égalité des chances permettent de déconstruire ces aspects et de créer un climat de confiance et de transparence. Enfin, l’égalité salariale a un impact positif sur la réputation de l’entreprise qui se traduira par une meilleure employabilité et aura un effet positif sur la rétention et l’attraction des talents. De nombreuses études ont d’ailleurs prouvé que les équipes dans lesquelles il y a une égalité salariale, une plus grande diversité, une plus grande égalité des chances, reflètent une meilleure performance, une meilleure efficacité, plus d’innovation et une meilleure culture d’entreprise.

 

Dans quelle partie de la RSE se trouve la Fondation ? Et quels sont les défis à relever pour parvenir à une égalité totale ?

Aurélien Joly: Dans le domaine de la responsabilité sociale, la composante sociale de l’équité salariale est essentielle. Il est très important d’avoir cet aspect social à l’esprit parce que les membres d’une entreprise font partie de la société et ont une facette sociale extrêmement importante qui affectera tout le reste. Comme pour les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, ou ESG, qui sont un peu le pendant de la RSE, si une entreprise estime que l’égalité salariale ou l’égalité des chances font partie de son ADN, elle doit pouvoir le prouver de manière convaincante et factuelle.

Lisa Rubli: À la Fondation EQUAL-SALARY, nous travaillons principalement sur les inégalités entre les hommes et les femmes, mais nous savons qu’il existe de nombreux autres facteurs qui déterminent l’inégalité et la discrimination au travail. Par exemple, les identités ethniques ou les identités de genre, pour n’en citer que deux. Il est également important d’avoir une vision plus ouverte, de dire qu’il y a malheureusement beaucoup de choses qui contribuent aux préjugés conscients et inconscients, tout au long du cycle de vie d’un employé, et qui peuvent se traduire par des obstacles. C’est ce qu’il est important de garder à l’esprit, précisément, en termes de défi. Pour être certifié ou audité, il faut être capable de se regarder dans un miroir, il faut être capable d’être transparent. Et il est souvent difficile d’être en mesure de voir des choses que l’on ne veut pas voir ou savoir. Toutes les entreprises n’ont pas le même soutien de leur direction pour franchir cette étape. Il y a aussi le défi du « pinkwashing ». Souvent, nous entendons parler d’entreprises qui font un peu de travail pour restaurer leur image sur les questions d’égalité et de genre, mais qui, en fin de compte, n’est pas vérifiable. C’est un peu dommage.

 

Comment participer à la Fondation EQUAL-SALARY ?

Aurélien Joly: D’une part, vous pouvez en parler à votre direction, à votre département des ressources humaines, si vous souhaitez vous engager dans ce processus, et prendre la décision d’obtenir la certification EQUAL-SALARY pour prouver que vous faites ce qu’il faut et pour prendre publiquement position pour la cause. D’autre part, vous pouvez nous suivre sur les réseaux sociaux. Nous publions de nombreux articles sur le sujet. Enfin, si vous voulez vous impliquer de manière plus individuelle, vous pouvez rejoindre le programme d’Ambassador de la Fondation EQUAL-SALARY, et ce programme s’appelle EQUALIZER. C’est un programme qui vous permet de faire partie d’une communauté de personnes qui partagent vos valeurs et qui vous aideront à apprendre et à partager sur la question de l’égalité salariale et de l’égalité des chances dans le monde.

De plus, il s’agit d’un programme qui a été développé par d’anciens étudiants de l’EHL dans le cadre de leur projet SBP. Nous sommes très heureux d’avoir pu réaliser ce projet avec eux. Si vous souhaitez vous joindre à nous, vous pouvez visiter notre site web, equalsalary.org et cliquer sur l’onglet « EQUAL-SALARY advocacy » ?

Inscrivez-vous ici pour devenir Ambassador, pour faire partie de notre cercle privilégié de contacts qui travaillent sur cette cause.

Ne manquez pas nos derniers articles

UCB FARCHIM SA – OBTIENT LA CERTIFICATION EQUAL-SALARY POUR LA 2ÈME FOIS

Vevey/Bulle le 19 septembre 2023 – La Fondation EQUAL-SALARY est heureuse d’annoncer que les UCB Farchim SA a obtenu la certification EQUAL-SALARY, synonyme d’excellence en matière d’égalité salariale, pour la…

Lire la suite
Égalité des chances : perspectives de la Fondation EQUAL-SALARY

Cet article a été publié à l’origine sur le site web EHL Insight.   L’année 2022 a été marquée par une avancée historique : la banquière Stacey Macken, ayant passé…

Lire la suite
Faites connaissance avec nos Ambassadors – Alicja Wejdner

Dans un paysage marqué par des disparités salariales persistantes entre les hommes et les femmes et par un accès inégal aux opportunités, certain individus apparaissent comme des champions de l’équité…

Lire la suite