X
EQUAL SALARY

L’équilibre entre vie professionnelle et privée après la Covid

17 Mai 2022
Bethany Carter
Partagez

La menace immédiate de la Covid-19 est passée et le monde se réveille. Tout le monde est encouragé à « revenir à une certaine forme de réalité », mais qu’est-ce que cela signifie? Comment les paysages politiques vont-ils soutenir la nouvelle « normalité » à multiples facettes émergeante ?

Selon les recherches, durant le deuxième trimestre de 2020, quelque 557 millions de travailleurs ont travaillé à domicile en raison de la pandémie. Cela représente 17,4 % de l’emploi dans le monde. Par conséquent, les entreprises tout comme les employés ont reconnu la valeur que le travail à distance peut apporter aux deux parties.

Alors que les bureaux rouvrent, de nombreuses organisations ont introduit de nouveaux modes de travail. Certaines ont adopté une approche de travail hybride, d’autres ont laissé aux employés le choix de leur mode de travail et d’autres encore ont fait du travail à domicile le nouveau standard. Mais chaque scénario comporte inévitablement des inconvénients. Quels que soient les nouveaux modes de travail mis en œuvre, ils doivent être réfléchis, car il n’existe pas de solution toute faite au défi unique auquel nous avons toutes et tous été confrontés.

Le travail à distance ne convient pas forcément à tout le monde, mais le travail flexible pourrait convenir à tous.

Malgré ses avantages, le travail à distance n’est pas une situation idéale pour tout le monde. Dans un article publié par Thriving Talent, ils énumèrent les cinq méprises courantes qui rendent l’harmonie entre vie professionnelle et vie privée inatteignable pour les parents qui travaillent. Les frontières entre nos vies personnelles et professionnelles étant de plus en plus floues, des limites doivent être mises en place pour garantir le bien-être mental et physique à long terme des travailleurs et travailleuses à distance.

D’un autre côté, ayant passé plus de temps à la maison et partagé les responsabilités parentales pendant les confinements, les hommes sont plus nombreux à reconnaître les bénéfices qu’un travail flexible a sur leurs relations avec leurs enfants. Ce sentiment a été mis en évidence dans une étude sur les pères qui travaillent, qui a révélé que 65 % des pères « en partenariat » « ont déclaré avoir une meilleure relation père-enfant après le confinement, ce chiffre passant à 73 % chez ceux qui étaient à la maison à plein temps. »

Le jonglage quotidien que représente une présence au travail à 100% tout en gérant les responsabilités d’un ménage, amène de nombreuses personnes à un état d’épuisement mental. A long terme, cela a un impact sur la productivité et nuit à la santé mentale. Il semble donc injuste que les organisations obligent les employé.e.s à travailler à domicile de façon permanente s’ils sont plus productifs au bureau et vice versa. Un équilibre doit être trouvé, et les entreprises doivent être équipées pour mettre en œuvre des politiques de travail à long terme adaptées à cette nouvelle frontière.

C’est là que la politique entre en jeu. Nous avons besoin que nos dirigeant.e.s gouvernementaux mettent en place des orientations et une législation solides sur le travail flexible, qui couvrent à la fois les besoins des employeur.euse.s et les employé.e.s.

Le travail flexible comme moyen d’accroître la diversité sur le lieu de travail a été une mission pour de nombreuses organisations influentes, à juste titre. Certaines organisations constatent aujourd’hui qu’elles ont des employé.e.s qui travaillent selon des schémas différents (c’est-à-dire hybride, à distance et au bureau), et le défi consiste donc à s’assurer que toutes les bases sont couvertes d’un point de vue RH et juridique.

Dans un monde idéal, la réponse serait de laisser chaque employé.e choisir l’option qui lui convient le mieux. Cependant, les besoins de l’entreprise ne peuvent être ignorés et une telle approche serait un casse-tête logistique pour de nombreuses organisations.  Cependant, presque tous les défis peuvent être surmontés avec un peu de réflexion et en sortant des sentiers battus.

Des espaces changeants dans un monde changeant

Dans un article de Mckinsey, l’idée de réimaginer les espaces de bureaux et leur rôle au sein d’une organisation est une idée que la plupart des dirigeant.e.s d’entreprise devraient noter. Parmi les idées proposées, citons la décentralisation des grandes organisations hors des centres-villes, l’ouverture de bureaux « satellites » plus petits dans les banlieues et la reconfiguration des espaces existants pour faciliter le travail collaboratif des employés plutôt que l’accumulation de bureaux.

Les organisations qui adoptent le travail à distance à 100 % et économisent ainsi sur les coûts des bureaux traditionnels pourraient-elles continuer à fournir des espaces flexibles aux parents qui travaillent pendant les vacances scolaires, ou permettre aux responsables de réaffecter des budgets pour que les individus puissent travailler dans un espace de coworking local ?

Quelle que soit la manière dont le bureau physique se manifestera à long terme, les employeur.euse.s et les décideur.euse.s politiques doivent veiller à ce que le personnel soit soutenu et à ce que les opportunités de progression de carrière ne soient pas péjorées en raison d’un manque de présence physique. La pandémie a creusé le temps pour combler l’écart salarial entre les hommes et les femmes de 36 ans à 135,6 ans, les femmes étant proportionnellement plus nombreuses que les hommes à quitter leur emploi pour s’occuper de personnes dépendantes ou à réduire leurs engagements professionnels.

Même avant la Covid-19, les recherches menées par IWG ont montré que 83 % des personnes choisiraient un emploi offrant un travail flexible plutôt qu’un emploi qui ne l’offre pas. Par conséquent, les organisations qui souhaitent attirer et retenir les meilleurs talents devraient examiner très attentivement leurs politiques de travail flexible et la manière dont elles soutiendront et développeront leur personnel.

Alors que la situation se décante lentement, nous verrons bientôt quelles organisations ont gagné en attractivité lorsqu’il s’agit de recruter des talents. Nous espérons que les gouvernements du monde entier évolueront vers plus de souplesse et adopteront des politiques garantissant que le travail flexible, sous toutes ses formes, sera une priorité.

Partagez

Ne manquez pas nos derniers articles

IWC SCHAFFHAUSEN OBTIENT LA CERTIFICATION EQUAL-SALARY

Vevey/Schaffhausen, le 27 Juin 2022 – La Fondation EQUAL-SALARY est heureuse d’annoncer que IWC Schaffhausen a obtenu la certification EQUAL-SALARY, synonyme d’excellence en matière d’égalité salariale. Après avoir passé avec…

Lire la suite
MAIORA S.R.L. OBTIENT LA CERTIFICATION EQUAL-SALARY

Vevey, le 22 juin 2022 – La Fondation EQUAL-SALARY est heureuse d’annoncer que la chaîne de supermarchés italienne Maiora S.r.l. a obtenu la certification EQUAL-SALARY, synonyme d’excellence en matière d’égalité…

Lire la suite
ECA EST CERTIFIÉE EQUAL-SALARY POUR LA 4ÈME FOIS

Vevey, le 16 juin 2022 – La Fondation EQUAL-SALARY est heureuse d’annoncer que l’Établissement d’assurance contre l’incendie et les éléments naturels du Canton de Vaud – ECA a obtenu la…

Lire la suite